29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 10:44

pouletAcheter du poulet à Constantine, est-il sans danger pour le consommateur?  La vente du poulet dans nos marchés se fait-elle en toute transparence?  Nous avons essayé de répondre à ces questions à travers cette petite enquête qui s'est déroulée principalement aux marchés de Saint-Jean (Ferrando) et de la Brèche (el marchi lekbir).

 

Lors de cette enquête, nous ne nous sommes pas intéressés à ce qui se passe avant l'abattage (nous y reviendrons certainement lors d'une prochaine enquête), seule la partie vente est donc concernée par cette enquête.

 

1/ Du contrôle vétérinaire :

Comme vous le savez certainement, pour que le poulet soit mis en vente, un contrôle vétérinaire est impératif au niveau de l'abattoir.  La vente de ce poulet est soumise à la délivrance d'un certificat par le vétérinaire contrôleur.  Ce certificat est souvent (mais pas toujours) affiché au niveau des points de vente (souvent dans le frigo présentoir), les vendeurs l'affichent pour convaincre les clients que tout est OK.  Cependant, quelques éléments ont attiré notre attention :

 

- Comment se fait-il que plusieurs vendeurs au marché de la brèche affichent le même certificat vétérinaire (ou plutôt la photocopie du même certificat vétérinaire)?

- Comment se fait-il que le certificat vétérinaire porte les mêmes noms quels que soient les vendeurs?

- Un certificat que nous avons consulté indique qu'il est rédigé pour un lot de 500 poulets.  Cependant, le même certificat s'est retrouvé chez plusieurs vendeurs qui, au total, exposaient un nombre total de poulet nettement supérieur aux 500 poulets indiqués sur le certificat.  Comment est-ce possible?

 

2/ Des dates d'abattage :

Depuis quelques années, les commerçants sont tenu de vendre des poulet dans des emballages sur lesquels la date d'abattage doit être clairement indiquée.  D'après les informations que nous avons pu obtenir, le pouelt peut encore être vendu dans les trois jours qui suivent sa date d'abattage.  Mais là aussi, nous avons relevé certaines anomalies dignes d'être signalées :

 

- Comme par hasard, et à chaque fois que nous passons, toutes les dates affichées sur le poulet sont celles du jour-même, toutes sans exception, sans distinction de vendeur, sans distinction de marché.  Est-ce que celà veut dire que ces vendeurs proposent tous les jours des poulets abattus le jour-même?  Nous avons des doutes.  Rien qu'en restant près de ces vendeurs à l'heure de la fermeture, nosu pouvons très bien constater qu'ils disposent en fin de journée d'une quantité de poulet invendus (une quantité qui varie d'un vendeur à un autre).  Mais mystérieusement, le lendemain matin, toutes les dates affichées sont du jour-même et jamais d'hier.

 

- Comment se fait-il que des poulets provenant du même abattoir, du même lot, censés être contrôlés le jour-même, par les mêmes personnes portent des cachets de dates avec des couleurs qui varient d'un vendeur à un autre?  Comment se fait-il que les dates de ce vendeur soient pratiquement toujours  de couleur verte alors que celle de son voisin sont pratiquement toujours rouges ou bleues alors que les poulets des deux vendeurs sont censés venir du même lot?  Est-ce que ces dates sont vraiment cachetés sur les étiquettes au niveau de l'abattoir ou bien chaque vendeur le fait lui-même? (d'autant plus qu'on peut se procurer un dateur dans n'importe quelle librairie à Constantine et, fait aggravant, les étiquettes sont à l'extérieur de l'emballage plastique, donc faciles à enlever puis à recoller).

 

3/ Du poulet découpé :

C'est à la mode depuis un petit temps, on peut acheter des morceaux de poulet.  C'est devenu encore plus à la mode depuis que les vendeurs ont découvert qu'ils pouvaient vendre du blanc de poulet à 650 DA le kilo quand  le poulet n'est qu'à 230 DA le kilo.  Souvent, c'est les cuisses qui sont propsées.  Nous avons relevé quelques points intéressants :

 

- Personne ne sait quand les poulets à partir desquels proviennent les cuisses ont été abattus.

- Nous avons vu des vendeurs récupérer des emballages provenant de poulets déjà vendus pour emballer des cuisses qu'ils sortaient de leurs frigo.  La date apposée sur les étiquettes ne semblaient absolument pas les préoccuper.

- Le 26 juin, nous avons trouvé chez un vendeur des cuisses emballées qui portaient les dates suivantes : 26 juin 25 juin, et même 19 juin.  Quand nous lui avons fait la remarque concernant le 19 juin, il nous a répondu textuellement "ani ghlat't, ani lessaqut bark ettikatat".  Traduction : je me suis trompé, j'ai collé n'importe comment les étiquettes, sous entendu : j'ai des étiquettes avec plusieurs dates, j'ai collé n'importe comment.  Cette histoire nous a rappelé l'histoire des dates et des étiquettes citée plus haut dans le texte.

 

- Est-ce normal que des morceaux de poulet soient emballés dans du plastique qui a servi à l'emballage d'autres poulets?

 

4/ De la réfrigération :

La réfrigération est l'élément clé de la conservation des denrées alimentaires.  Est-ce toujours respecté chez nous?  Nous avons des doutes, du moins chez certains vendeurs.  Rien qu'en prenant le poulet entre vos mains, vous sentirez que la température n'est pas celle d'un poulet qui vient d'un frigo normal.

 

Conclusions :

A travers ces différents points, notre but n'était pas de créer une polémique ou une psychose.  Nous voulons seulement attirer l'attention et des consommateurs et des autorités compétentes sur certaines anomalies qui peuvent coûter cher.  Il est peut-être temps que les services de contrôle s'attaquent à ce fléau, mais tout au long de l'année et pas uniquement lors d'opérations sporadiques.

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : BAZOGA
  • BAZOGA
  • : La vie à Constantine telle qu'elle est réellement, sans maquillage, sans mensonge, sans démagogie.
  • Contact

L'équipe de Bazoga

- El Bombardi

- Tsunami

- Kibrit

- Chemchoum


Les reporters :

- Stora

- Ksantinia

- Khaled

- El Rihe

- Wlid Constantine

Archives

BazogaTV

youtube tv2

Accéder à BazogaTV

Nos visiteurs